Sélectionner une page

DSC_0048

15/01/16

Cher D,

Depuis ce matin j’ai le cœur léger ! Finalement je t’ai retrouvé, pour combien de temps, là est la question. En attendant je vais prendre tout ce qui est à prendre avec toi. Ça m’a reboosté !

Je ne te dirai pas que j’étais ravie de la voir ce matin mais au moins je me sens sur mon territoire et je crois qu’elle a compris qu’elle n’était pas la bienvenue pour moi. Et puis, quelque part, je suis aussi perfidement contente de savoir que ma relation avec toi l’emmerde. Merci de m’avoir soutenue sur ce point là. Au fond ça m’a prouvé que tu tenais un peu à moi.
Puis notre toute petite discussion a été courte et précise pour éclaircir les choses, elle a suffit à te récupérer au moins pour quelques temps. Je vois le moment arriver où elle te posera un ultimatum et je sais que ce jour là il faudra que je sois très forte. J’ai peur de ce moment mais pour l’instant je ne préfère pas y penser.

Ce matin je t’ai fait comprendre que je tenais à toi. M’as-tu comprise? Je ne le sais pas. Si, je sais que tu voudrais m’avoir pour toi tout seul. Et moi donc! Et que je suis ta petite voix rouge à qui finalement je manque. En tout cas te parler par écrit me soulage, un véritable exutoire.

Vivement ce soir que l’on joue ensemble.

Aujourd’hui, je n’ai pas pleuré.